Partagez | 
 

 Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darth Mortuus

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 04/07/2015
• Âge du personnage : 45
• Race : Humain
• Allégeance : Ordre Sith


MessageSujet: Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]   Lun 18 Jan - 23:56

Darth Mortuus

Affiliation : ici • Identité du combattant : Darth Mortuus • Âge : 48 ans • Espèce : Humain • Planète d'origine : Inconnue • Taille : 1m98 • Couleur des cheveux : Noir • Couleur des yeux : Bleu / Flammes

PHYSIQUE • Minimum 5 lignes !
Mortuus est un humain de grande taille de corpulence mince, malgré les muscles qui recouvrent son torse. Vestige d’entrainement au combat multiple. Il porte généralement une longue bure noire, typique de l’ordre sith.

Contrairement à beaucoup de sith, ses yeux ont gardé la couleur naturelle, preuve de sa volonté de garder l’esprit clair et de ne pas cèder à la colère. Ce n’est qu’en combat qu’il s’y abandonne complètement et que ceux-ci virent aux flammes.

A sa ceinture se trouve un sabre laser figé dans le bois dont le manche est plus grand que la normale. Un fouet lui entoure la taille, arme peu fréquente dans les rangs sith.

PSYCHOLOGIQUE • Darth Mortuus est un être calme, qui ne se laisse pas aller à la colère dans la crainte de se perdre complètement dans la rage du coté obscur. Par bien des aspects, il ressemble à un Jedi. Il est persuadé que la paix arrivera un jour. Néanmoins, il sent monter en lui une rage de sang. Une volonté de tuer qui le pousse par moments à satisfaire sa colère et à assassiner sans scrupule de parfaits innocents.

De plus, l’impatience le guette. Il rêve de plus de puissance et aspire à une vie bien plus préstigieuse que celle dont il dispose. Au départ Jal Shey, désormais Sith, il ne met pas de coté l’idée d’un jour changer de voie à nouveaux, pour apprendre d’autres techniques.

Approche de la force •
Il ne croit pas en l’idée d’un coté clair et un coté obscur. Pour lui seul les intentions comptent. Néanmoins il sent l’attraction d’un pouvoir brute qui pourrait le transformé à tout jamais. Mortuus est intéressé par tout les anciens savoirs, et mène de nombreuses recherches sur les arts antiques, et les vieilles traditions le passionnent.
Il maitrise le combat au sabre laser mais affectionne plus particulièrement l’art du fouet laser, qu’il considère bien plus efficace et bien moin prévisible.
Mortuus n’accorde pas beaucoup de haine aux autres ordres. Il va jusqu’à comprendre et respecter l’ordre Jedi. Pour lui, tout est question de point de vue si bien qu’il n’y a rien de bon ou de mauvais et que tout est justifié tant qu’on respecte les faits.
Bon nombre sont ceux qui le considère comme un sith dangereux pour l’ordre, et pour sa vision changeante et lunatique de l’Ordre Sith.
INVENTAIRE •
Arme principale : Sabre laser à longue lame. Couleur blanche.
Armes secondaires : Fouet laser à lame rouge sang.
Armure : Bure noire sith. Armure sith ancienne pour les combats.
Vaisseau : Chasseur sith.
Droïde : ///
Autres : Comlink, datapad, vieux grimoires, de vieilles amulettes sith sans véritables importances
Points forts :
- Calme
- Respectueux de l'opinion
- Aspire à une paix
-
Points faibles :
- Assoiffé de sang
- Impatient
- Aspire à toujours plus de pouvoir
-

Histoire
Le sang coulait sur ses doigts. Il le regardait, s’écouler, dessiner une courbe sur sa main, glissant entre ses phalanges. Ecartant deux doigts, les resserant, palpant le liquide contre sa peau, et le voir sècher, petit à petit. Darth Mortuus s’en étonnait. Comme ce liquide paraissait si infime, si inutile, si grotesque, et il était pourtant tellement utile à toute entités vivantes, humaine ou non. Perdu dans ses pensées, il en arrivait presqu’à oublier pourquoi il avait ce sens sur les mains. Le vent qui vint chatouiller son cou lui rappella la réalité. Il n’avait pas toute l’éternité pour accomplir sa tâche, et même s’il l’avait il ne prendrais pas un tel temps. Il s’essuya les mains dans le bout de sa bure, rabattit la capuche sur ses épaules pour avoir une meilleure vue et profiter de la flamme vascillante de la bougie poser non loin sur le bureau. Il affirma sa position sur la chaise. Passant une main sur le visage, il tenta de s’éclaircir les idées comme il s’étirait la peau du visage. Une peau rèche et dur comme du cuir. Et puis, l’idée lui vint. Il trempa sa plume dans le petit pot qui contenait ce précieux liquide encore chaud qu’il avait extirpé avec délicatesse du corps de la belle zabrak étallé sur le sol, pas loin de ses pieds, et il caressa la pointe de sa plume sur le parchemin…

« Mon nom est Darth Mortuus, et je suis maudit… »

N’était-ce pas un peu trop cliché d’écrire quelque chose d’aussi dramatique. Il se souvenait d’un vieux récit que son Maitre lui avait un jour enseigné et qui commencait par ces mêmes mots « Mon nom est Lachdanan et je suis maudit… ». Peut être était-ce l’influence du passé. Peut être qu’il se sentait désormais assez sage pour enfin poser sur papier sa triste existence. Peut être se sentait il assez fort pour endosser le rôle qu’il avait décider de prendre. Peu importe. Le fait était qu’il était là, et qu’il avait l’intention de rédiger. Il soupira et repris. Trop de pensées négatives. Trop de doute. Mais il ne reste que la force…

« Mon nom est Darth Mortuus, et je suis maudit…

Je ne me souviens pas de ma naissance en ce monde. Et à vrai dire, je m’en contre fiche. Les années ont passées depuis que j’ai prit ma première bouffée et que j’ai beuglé comme un goret en sortant du ventre de ma mère, et je ne me rappelle plus la personne que j’étais bambin. Je sais que je n’étais pas si différent des miens. Je sais que j’étais issu d’une famille de fermier. La planète ? A quoi bon ? Ce n’est pas de cela que j’ai envie de parler. Correlia ? Dantoine ? Bothawui ? Je ne me souviens de rien, hormis les bribes que me raconta mon premier Mentor, Myrn de Tameli. »

Mortuus ricana. Ce nom. Il n’y avait plus pensé depuis des lustres. Myrn de Tameli. Ce nom surgissait de sa mémoire comme il jaillissait sur le papier. De manière brute, bousculant son récit avec tant de vigueur et de force. Myrn de Tameli avait incarné tellement de chose dans son passé. Tellement de personnalité. Tellement d’histoire. Myrn de Tameli avait-il réellement existé ? Mortuus n’avait jamais su si le Mentor qu’il avait connu lui avait réellement raconté sa véritable histoire. Il se concentra à nouveau sur son récit.

«  Myrn de Tameli était un homme d’une trentaine d’année lorsqu’il me prit sous son aile. A l’époque, il s’était présenté à moi comme un mentor. Comme une personne qui pourrait m’apprendre la vie, et me faire voyager. Mes parents ne furent pas contraire à mon départ, fier de voir leur fils quitter le nid, et fuir cette vie épuisante qu’était-celle de fermier. Nous n’avions pas beaucoup d’argent, et pouvoir s’envoler loin des fermes était un honneur donné à nul autre.

Je quittais donc le nid parental sans connaitre la réelle identité de mon compagnon. Je me souviens que je l’avais rencontré un soir, alors qu’il voyagait dans nos champs. Il cherchait juste un endroit ou prendre de l’eau avant de continuer sa route. Il ne m’adressa que peu la parole ce jour là, mais d’après ce qu’il me raconta plus tard, il avait senti mon potentiel. Du moins d’après ces paroles. Raconté ainsi, on aurait peu envie d’y croire. Quel potentiel avait-il donc vu ? Savait-il vers quel destin il me portait en me prenant sous son aile ? Qu’importe, il le fit.

Ce n’est qu’à bord d’un vieux cargo qu’il m’apprit qu’il appartenait à un ordre aussi ancien que mystérieux. Myrn de Tameli était un Jal Shey, parcourant la galaxie pour apporter ses conseils là où on en avait besoin. Les Jal Shey étaient des êtres possédant la force, et l’étudiant sous toutes ses formes. Ils apprenaient les facettes de ce que j’appris à l’époque être le coté clair mais aussi la part d’obscurité de la force, le coté obscur. J’avais déjà entendu ces histoires sur la Force. Sur les Jedi, sur les sith, et bien que j’en ai déjà rêvé dans ma jeunesse, je n’avais jamais pensé y être melé. La force, les Jedi, les sith, tout cela me dépassait. Et même si cette nouvelle me tourmenta sur le moment, je sais que ce fut une révélation à ce moment même. Myrn de Tameli m’avait prit sous son aile pour me former et je faisais désormais partie de ce conflit. Et ce malgré la nature profonde de l’ordre Jal Shey. En effet, ces derniers étudiaient la force pour amener la paix dans la galaxie. Rien de bien différent des Jedi au premier abord. Néanmoins bon nombre de Jal Shey rebutaient à employer la force pour combattre. Loin des bretteurs Jedi, nombreux Jal Shey ne possédaient pas d’armes, et le sabre laser se faisait un outil rare dans les rangs Jal Shey. Ils se considéraient comme des hommes d’influence, comme des diplomates et on les confondait souvent avec ceux-ci. Leur arme de prédilection ? La parôle, le débat, la construction d’un avis solide sur des faits et actes qui constituaient une preuve que telle ou telle chose devait être gérée d’une manière particulière. Tel était la puissance du Jal Shey et telle était la manière dont il devait gérer les conflits.

Malgré cette vocation pour la dialectique, certains Jal Shey apprenaient néanmoins les arts du combat, nottament comme ce fut le cas de mon Maitre. Il ne possédait nul arme, mais m’apprit bien plus tard de nombreuses technique pour se défendre lors des affrontements terrifiants auquel je pourrais être confronté. Le jour où il me raconta l’histoire de son ordre, il m’apprit autre chose qui domina et domine encore mon monde. Tout est question de point de vue. Il n’y a pas de chose mauvaise ou bonne, tout est point de vue et nul n’est digne de juger de son point de vue. Le principe fondamental Jal Shey est d’apporter la paix, mais aucun n’était d’accord sur la manière d’aborder cette finalité, si bien que des clans s’affrontaient encore et encore pour amener leur vision de la paix et le moyen d’y parvenir. Dès que j’inclus cette réalité dans mon raisonement, je réalisai que Jedi et Sith avait raison d’exercer leur volonté, tant que cela ne nuisait pas à la vie d’autrui. Et là était bien le problème, comme me le dit mon Maitre. »

Mortuus s’égarait. Il n’était pas simple de se plonger ainsi dans sa mémoire. Il s’était bien trop souvent concentré sur l’avenir que pour faire travailler ses souvenirs. Il craignait d’ailleurs d’y mêler sa propre vision du passé et d’oublier ce qu’il s’était réellement déroulé. Il regarda son texte. Des lettres rouges recouvraient le papier. Rouge de sang. Pourquoi avait-il choisi de rédiger son récit avec un tel produit ? Il se rappella la raison. Il voulait rendre cette histoire vivante. Il voulait la marquer à jamais dans l’histoires. Laisser une trace. Quelques choses avec suffisament d’impact. Il voulait marquer la puissance des Sith dans le sang. Comme une marque au fer rouge dans le fleuve de la force. Ce texte devait être une abomination. Une violation de la vie, pour que son passé devienne vivant. Car son avenir devait vivre. Il devait surpasser sa malédiction. Malédiction…

«  Jamais je ne rencontrai les compagnons d’arme de mon Maitre. Mon apprentissage fut laborieux. Nous parcourions la galaxie à la recherche de conflits mineure auquel nous pourrions apporter notre aide. Disputes au sujet de terrains agricole, conflit d’opinons, parfois des procès, mais aussi des alliances. Mon Maitre ne craignait pas l’inconnu ni le fait de se mêler aux histoires qui ne le regardaient pas. Je n’était pas fort doué pour la négociation. Mon Maitre me jugeait trop brusque. Je tranchais souvent trop vite et mes décisions étaient prise à la hate mais il admirait l’estime que je portais dans les partis, et ce malgré leur volonté propre. Je calquais ma façon d’agir sur la première lecon qu’il m’avait donné. Tout est une question de point de vue. Dès lors, il n’y avait plus de bien ni de mal. Tout être avait donc droit à sa propre justice si bien que je compris que peu importe les raisons qui nous faisaient vivre, si l’on voulait donner un jugement, il fallait l’imposer comme la vérité. Sa vérité. Et cette idée me rebutait. Nul ne pouvait décider à la place de quiconque ce qui était vrai ou faux, tant que les différentes parti accordaient de l’importance aux faits.

En parralèle, mon Maitre m’apprenait les voies de la force. Il me montrait comment me détendre. Comment écouter la vie couler tout autour de moi, mais également à ne pas me laisser attirer par le fleuve de force. C’est ainsi qu’il voyait la force. Pas de coté clair ni obscur. Juste un fleuve de puissance. Si l’on restait sur les bords de la rive, on gardait le contrôle. Mais plus on s’impliquait et s’éloignait du bord, et plus grand était le risque de se faire emporter. Et dès lors, on paniquait pour reprendre sa position le long du fleuve. Et plus on se débattait et plus on s’y perdait. Jusqu’à s’y noyer et ne faire qu’un avec le mouvement du fleuve.

J’apprit à faire bouger des objets par le biai de ma pensée, à ressentir les êtres vivants qui m’entouraient. Pas seulement les voir dans la force, mais sentir leurs émotions, détecter lorsqu’ils étaient en colère ou en paix. Et à m’en imprégner pour prendre les bonnes décisions les concernant. Nous abordions rarement le combat au sabre laser, ma formation à cet art fut assez chaotique et c’est surement à cette époque que je commencai ma descente dans les abysses du coté obscur. J’avais beau apprécier ma vie auprès de mon maitre, j’aspirais à une position bien plus importante dans le chainon de la vie.  

Certes, il perçut cette envie en moi, me fit la remarque que je ne devais pas me laisser emporter trop loin par mes désirs ou le coté obscur m’engloberait dans sa totalité et je serais perdu à jamais. Ainsi, il respectait mon envie de grandeur, mais ne la repoussait pas comme ferais un Maitre Jedi avec son apprenti. Il ne voyait pas cela comme un échec mais comme un échelon naturel, et me regardea avec plus de respect qu’auparavant. Cette étape était selon lui importante dans mon apprentissage. Il m’enseigna l’erreur des Sith. Selon lui, le fait que ceux-ci prenaient un titre pour affirmer leur puissance dans le coté obscur n’était pas un acte volontaire mais bien la preuve que le coté obscur prenait le contrôle total de leur être. Ce titre, ce Darth, n’était pas un honneur, mais la manifestation elle-même du coté obscur s’emparant de manière significative de l’être sith. »

Darth Mortuus. Il répéta ses mots à voix haute. Il se demanda s’il avit réellement laissé le coté obscur prendre le contrôle de son être. Après tout il se trouvait encore assez détaché du reste de l’ordre. Mais il avait du sacrifier son nom pour entrer dans l’ordre. Il s’agit plus d’un pacte avec le diable qu’un véritable laissé allé à la force. Darth Mortuus. Mortuus. Synonyme de mort. Référence à langage ancien d’une civilisation disparue… Donné en honneur de ses actes de bravoures et de puissance par Darth Magus. Le sorcier.

« Ce ne fut que dix ans après que ma véritable existence commenca. A cette époque, Myrn de Tameli et moi ne partagions plus la même relation. Nous n’étions plus le Maitre et l’apprenti, mais deux amis. Je ne prétendais pas avoir autant de connaissances que lui, mais je me démarquais par des savoirs différents. Lui qui avait tant voulu me détourner de la voie du combat, il me laissait pourtant démontrer ma maitrise du sabre laser lorsque c’était nécessaire. Il s’agissait d’une arme dont j’étais assez fier. Le manche était forgé dans une matière similaire d’apparence à du bois. C’était une arme noble et délicate. La lame quant à elle était d’une blancheur si rare que je la vénérais. Elle représentait ma conviction en la puissance de ce concept dont il m’avait parlé « le point de vue ». Dès lors, on ne pouvait ni être bon ni mauvais. Et le blanc était pour moi cette couleur. Le blanc pouvait éclairer, mais vous aveugler également.

Mais dans mes heures perdues, seul, j’apprennais un autre style de combat. C’était le début de mon ascension dans le coté obscur. J’avais récupéré d’ancien shéma pour monter une arme peu usité, un fouet laser. Il y avait bien des armes forgées par les Jedi et les Sith qui demandaient un grand apprentissage car ces armes pouvaient se montrer à la fois dangereuses pour l’opposant mais également pour celui qui l’employait, et bien plus que le sabre laser à double lame, le fouet laser faisait partie de ce type d’arme. Il demandait une grande maitrise de la force, et une connaissance appliqué de son corps et de ses propres capacités. Et un laissé allé total. Le fouet laser décrivait un arc de cercle, un tourbillon, lorsqu’il était utilisé. Il fallait savoir se laisser aller et ne faire qu’un avec le tourbillon, sans pour autant se laisser emporter. Cette vision me rappellait la force et le coté obscur. Mon Maitre m’avait toujours enseigné de ne pas me laisser emporter par le coté obscur, mais ne m’avait jamais interdit de vouloir le maitriser. C’est ainsi que débuta mon apprentissage des arts obscur, abandonnant les sentiers battu de mon maitre pour une recherche de pouvoir bien plus intensive.

Nous fumes séparé. Les raisons n’étaient pas fort claire. Mais selon lui, il était temps que je trace ma propre route. Et puis il se sentait vieux. Il parlait souvent de la fin, se sentant vieillir et fondre dans le fleuve de la force. En gros, il se sentait mourir et ne voulait pas me le montrer. Je le laissais partir. Sachant que jamais je ne saurais les secrets qui l’englobaient. Persuadé qu’il avait été plus que ce qu’il m’en avait dit. En le voyant partir à la rencontre de son destin, j’eut le sentiment que l’Ordre Jal Shey disparaissait de ma vie avec la sienne. Il avait su m’apprendre les voies de la force et canalyser mon intérêt personnel, mais désormais parti j’avais senti tout un tas de possiblités s’ouvrir à moi.

J’étais longtemps resté loin du conflit qui règnait dans la galaxie, et j’eu beaucoup de mal à comprendre toute sa complexité. Les Jedi, les Sith, l’Empire éternel, pour moi tout cela n’était qu’une seule et même chose, un point de vue. C’est pourtant à cette époque que je rencontrai Darth Magus, un seigneur sith échoué sur la planète Upekzar. Je m’y étais rendu après avoir entendu de nombreuses histoires sur d’anciennes tribu utilisant la force. A l’époque, j’avais commencé un intérêt profond pour toutes ces civilisations forceuse et pour les ordres méconnus de la galaxie, resté dans l’ombre des Jedi et des Sith. J’y voyais une source d’apprentissage importante. Et un intérêt profond. Il y avait sans aucun doute des connaissances et de la puissance à en retirer. Upekzar était une planète volcanique. Je n’y avais trouvé que des ruines et des cendres, parfois quelques textes sur des dalles, mais surtout un art ancien des tribus disparue.

Fut-ce le destin ou la force qui nous réunit ? Mais je vis le vaisseau de Magus s’écraser sur la planète. Un trait sombre et flamboyant dans le ciel, plongeant vers le sol dans une fumée noires, se fracassant contre la roche et les bosquets, avant de glisser non loin de ma position. En le voyant j’ai tout de suite pensé à mon entrainement et mes réflexes m’indiquèrent d’aller apporter mon aide. Le vaisseau était encore fumant quand je fut à portée. Je ne fus pas étonné de le voir exploser peu de temps après avoir extirpé son pilote de sa carlingue tant les dégats étaient élevé. J’y avais relevé des impacts de laser.
Le pilote quand à lui était un vieillard dont la barbe blanche avait un peu jauni avec la fumée, une longue bure noire lui couvrait les épaules et je fus peu surpris de voir un sabre laser à la ceinture de l’inconnu. J’avais déjà rencontré des Jedi en compagnie de mon Maitre et ils ne ressemblaient en rien  à celui-ci autant dans leur physique que dans l’aura qu’ils dégageaient. C’est donc sans précipitation que je conclus l’identité du pilote, un Sith. Il était inconscient. J’aurai bien pu l’achever. Participer à l’opinion générale et voir en ce personnage une menace. Mais il ne m’effrayait pas. Il m’intriguait. J’étais venu en ces lieux pour grandir en connaissance et cet étranger était la clé à plus de connaissance. J’aspirait à bien plus que ce que le coté clair pouvait m’apporter.
J’ai trouvé un abri pour la nuit. J’ai installé mon campement dans ce qui ressemblait à une grotte. Le lit que je montais fut suffisant pour le vieillard, et je prit une couchette qui me suffisait amplement. Un feu nous garda au chaud toute la nuit. Ce n’est que le lendemain, alors que je faisais chauffer de l’eau et qu’un repas cuisait dans une petite casserole en fonte qu’il se réveilla. Un œil entre ouvert il me fixa. Je sentis d’abord l’intensité de la force qui se dégageait de lui avait de percevoir son regard. Il respira et un son rauque sortit de sa gorge. Il me demanda mon nom. Je lui répondais. Il regardea mon propre sabre laser, à la ceinture. Me regardea à nouveau sans un mot. Puis se détendit. Il avait senti mon aura dans la force. Je n’étais pas un Jedi, mais n’avait aucun lien avec les Sith non plus, mais il ne voyait aucune menace de ma part. Je le senti se détendre.

- Merci.

Ce furent les seules mots qu’il me dit avant de se rendormir. Je fus étonné qu’il ne dit pas plus mais fus soulagé qu’il ne réagit pas d’une manière plus violente. Mon Maitre m’avait tellement parlé de la violence des sith que j’en étais arrivé à les voir commes des êtres sans calme ni patience avec qui il fallait dealer avec la plus grande prudence. Toute la nuit j’avais gardé mon sabre à portée.
Le lendemain, il fut le premier à se réveiller. Il avait préparé de quoi me nourrir. Il avait fouillé mes affaires et n’avait laissé aucun bordel. Tout était à sa place. Il ne manquait juste que la nourriture et… mon fouet. Celui-ci était posé sur un rocher, devant moi. A peine eu-je les yeux ouvert qu’il me déclara y avoir un défaut dans l’ajustement de puissance de mon arme. Il me raconta avoir règlé le problème. Sans un mot j’activais l’arme et admirait le changement. Il avait raison. Il n’y avait plus de baisse de puissance, le flot d’énergie était constant et moins brute.

C’est par ce simple acte qu’il me prit sous son aile. Il s’agissait de Darth Magus. Il me raconta être en mission avant de s’écraser ici. Il était un seigneur sith, et traquait une cible prioritaire de l’Ordre, dans le plus grand des secrets. Mais selon lui, sa véritable mission était de me trouver. Il sentait à moi un besoin d’en apprendre plus, et le coté obscur était, selon ses paroles, déjà puissant en moi. Il ne me manquait que quelqu’un pour briser le sceau de pouvoir qui m’empechait d’aller plus loin. Il me proposa de le suivre, sur Korriban, pour devenir son apprenti.

Je m’étais toujours imaginé que devenir un apprenti sith était beaucoup plus compliqué. Qu’un rituel quelconque était nécessaire et je fus quelque peu décu. Mais j’acceptais néanmoins. Il senti ma déception et m’apprit que la puissance d’un sith ne réside pas dans son vécu mais son devenir. Que je ne devais pas accorder d’attention à ce qui m’avait poussé à suivre ce chemin, mais plutôt ce que j’attendais au bout de cette voie. »

Une douleur lui traversa le bras. Mortuus s’arreta d’écrire pour un instant et canalysa son énergie dans la douleur, le temps que celle-ci ne passe. L’héritage de la grotte. Il le poursuivait jusque dans les tréfonds de son antre. Il regardea le plafonds et contempla la fumée de la bougie qui percutait le plafond métalique qui se trouvait au-dessus de sa tête. Il avait prit d’assaut la station pour traquer la twi’lek et s’était mis à écrire sans se poser de question sur sa position. Mais enfin, la boucle était bouclé. Magus avait traqué une cible pendant des années, et c’était par le biai de son ancien apprenti que celle-ci avait été abbatue. Mais l’héritage de la grotte lui rappellait que cela n’était pas terminé.

« Avant de quitter la planète, je voulu terminer mes recherches dans les grottes d’Upekzar. Magus admira ma conviction et me laissa un instant, seul, a déchiffrer d’ancien hiérogliphe peint sur les murs d’une grotte. Absorbé dans mes pensées, je tentais de comprendre leur origine. Qui était ce peuple qui avait vécu tant d’année ici avant de disparaitre, absorbé par le temps.  Voilà ce que je compris, avant que le destin ne me rattrape :

Dans les lointains millénaires de la galaxie, Upekzar était une planète recouverte d’une jungle abondante. Néanmoins une activité volcanique soutenue maintenait une chaleur importante sur toute la planète. Les habitants de la planète, des êtres humanoides à la technologie peu évoluée, avait élu domicile à proximité des cavités de la planète, pour la plupart à l’entré des grottes menant à d’abondante rivière de roche en fusion.

Du aux fréquentes éruptions, les autochtones avait dévelloppé un dogme tout autour de ces bouches de feu et interprétaient les volcans comme la voix de la planète. Tout les mois, ces humanoides décidaient d’un membre de leur peuple qui s’enfoncerait dans les profondeurs de la planètes pour communier avec la planète. Ceux qui en ressortaient vivant était vu comme les élus de la planète pour diriger le peuple. Ceux qui y restaient, était jugé comme impur et la famille de celui-ci et sa déscendance était plongé dans les flammes, sacrifice nécessaire pour apaiser l’esprit d’Upekzar. Ce rituel se faisait avec beaucoup de colère et de haine, les sacrifiés étant jugé comme dangereux pour la survie des peuples. A contrario, les élus étaient vénèré et ceux-ci devaient utiliser leur connaissance pour maintenir le peuple en vie.

Bien des siècles après la disparitions de la population d’Upekzar, des archéologues et des scientifique ont établi un fait indéniable, il règnait une présence au centre de ces volcans. Il existait bien une voix qui parlait à ceux qui s’enfuissait dans les sombres abysses. Et en étudiant les ruines et l’art Upekeziene, on peut facilement en déduire que les autochtones possédait une maitrise basique d’un courant de la Force.

Et cette voix se manifesta à moi, alors que m’enfoncant dans les abysses de la terre, j’invoquais la force et la puissance du coté obscur dans l’espoir de trouver un écho à ce savoir.

Nulle parole ne me vint. Ce fut plutôt un torrent noir qui émana des tréfonds de la caverne et qui s’empara de moi. Je me demande encore s’il s’agissait de mon imagination, mais je sens encore le froid glacial s’emparé de moi avant de se transformer en une chaleur dévorante et brulante. Elle iradia ma peau, elle s’infiltra en moi. Je me sentis soulever. Une douleur infini parcouru mon corps, jusqu’à en faire exploser les veines de mon crane.

La douleur m’amena une vision. Je devais suivre Darth Magus. Je me voyais sith dans quelques années, amenant la paix dans la galaxie. Mais je me voyais aussi déverser une douleur dans l’univers. Une voix me murmura des paroles sombres. Me disant que j’étais promis à réaliser mes rêves les plus fou, mais aussi les plus sombre. Que je gagnerais en puissance. Et que je finirais par honorer l’héritage de la grotte. Mais que si je me déviais de la puissance qui sommeillais en moi, je périrais. La voix m’encourager à cèder à la colère et la haine, à détruire, à tuer, à mourir en assassinant, à m’abandonner au coté obscur. Mais si je résistais, je serais la victime de ma propre colère. Mortuus. Ce nom s’envola dans mon esprit. Comme une révélation. Darth Mortuus. En vieux langage cela signifie, la mort. La mienne ? Ou celle des autres ? Et malgré ma réticence à assumer ce titre, Darth Mortuus me paru être la seule destiné à embrasser. Nous ne faisions qu’un. C’était comme une part de mon être se révélant à moi, après des années cachées dans le creu de mon être.
Je sortis chancellant de la grotte. Je ne fis pas part de mon expérience à Magus mais il interpreta mon changement d’aura comme un abandon à ma nouvelle destiné. Nous partimes tout les deux alors pour Korriban, là ou je pourrais accomplir ma formation.

Mortuus se leva de sa chaise. Il consulta son datapad. Il avait encore un peu de temps. La rencontre avec l’un des Conseillers n’était que dans quelques heures. Quelques heures avant de se lancer dans son véritable destin. Il regardea les dernières news, les dernières nouvelles. Aucune source ne parlait des meurtres sur Nar Shadaa. Rien. Il n’était pas déçu. La prochaine fois, il frapperait plus fort et de manière beaucoup plus brutale.

« J’ai passé plusieurs années sur Korriban. Mon Maitre appréciait mes efforts, et mon apprentissage, mon investissement dans le coté obscur était digne d’un sith, mais ma façon de penser ne l’était pas. Je n’étais pas apprécié de mes pairs. D’après mon Maitre, je restait trop ancré dans ma position de « point de vue » et montrait clairement ne pas me soucier de l’intérêt sith. Je ne m’en cachais pas. Mais j’accomplissais mes missions sans les remettre en cause, et je gagnais la confiance des maitres de l’ordre en me montrant tels qu’ils l’attendaient de moi.

En parrallèle, je continuais mes maigres recherches sur les ordres mystérieux, une passion qui avait commencé avec mon ancien Mentor, et son ordre Jal Shey. J’en apprenais beaucoup. Les bladeborns notament, anciens guerriers sith qui se dévouaient entièrement à l’art du combat au sabre. Leurs rares récits m’en apprenaient beaucoup sur l’art du combat. Mes talents se dévellopaient, mes mouvements au sabre étaient plus fluide et moins prévisible, et je gardais mon fouet pour les surprises. Seul mon Maitre connaissait ma capacité à utiliser cette arme et il gardait le secret pour lui. Il trouvait cela digne d’un sith. Plus aucun apprenti ne choisissait cette voie à l’époque, et il n’avait jamais connu quelqu’un qui l’employait.

La voix d’Upekzar continuait de me travailler. Et plus le temps passait, et plus j’avais le sentiment de me détourner de mon destin en me tenant éloigné des soucis de l’ordre et d’une destinée purement calme. Je me destinais à une vie de Maitre, un mentor pour les apprentis, loin du front, si jamais la guerre revenait, et à en croire ce que j’entendais ci et là, l’ordre Sith allait bientôt rentrer dans une nouvelle phase d’agression. L’empire reprenait des forces. Et dans le passé, cela n’avait jamais annoncer une phase de calme. Mais je me tourmentais l’esprit. Clairement, la voix avait exigé du sang, ou je périrais. Et les rares fois ou j’avais senti une toute puissance étaient les moments où j’avais combattu sur le champ d’entrainement. J’avais senti la colère, la rage, le gout du sang. Je ne voulais pas y céder, mais je sentais cette pression dans mon cœur qui me poussait à agir, à tuer…

Ce n’est que bien des années plus tard, lorsque je pouvais enfin porté mon titre de Seigneur Sith, que je comprit la véritable signification de ma vision. Je devais tuer si je voulais accomplir ma destiné. La paix ne pourrait être amenée que par le sang. Il y avait un apétit en moi. Une volonté sanguinaire. Celle de gouter à la mort. Celle de ravir la vie des autres en la ravageant, et ainsi prendre le pouvoir sur le monde.  J’avais beau être réputé pour ma sagesse, je ne pouvais m’empecher de me sentir épuisé lorsque je ne tuais pas. C’est ainsi qu’à commencé une double vie. Parfois, lors de mes moments hors de Korriban, je tuais des innocents, me faufilaient dans des maisons et assassinait des hommes, des femmes, et des enfants. Dès lors je me sentais gagner en vigueur. Mon corps ne me faisait plus souffrir. Mais je sentais peu à peu perdre ma raison. Et plus je tuais, et moins je me sentais rassasié. Il me fallait toujours plus.

Mais de l’autre coté, dans ma vie officielle, j’avais été assigné à la lourde tache de diplomate de l’ordre. Quelle ironie. On me voyait comme un être assez calme et peu brutal que pour rencontrer les représentant de la galaxie, quelqu’ils soient pour établir des traités. Bientôt, je devais me rendre sur Talay, à la rencontre des représentants républicains, Jedi et revaniste pour discuter de l’avenir de la galaxie.

Je songeais depuis peu à allier mes deux vies. Peut être le sang pourrait-il couler pour maintenir une paix ? Mais je ne pourrais le faire couler avec cette image. Darth Mortuus ne pourrait être un assassin, il risquerait de perdre son image, son poste et son pouvoir sur la paix et menacer l’image même de l’Ordre. J’aspirais depuis quelques temps à bien plus. J’avais un projet. Mais il demandait beaucoup de préparation. Beaucoup de temps.

C’est pourquoi j’écris ce texte. Pour me rappeller de pourquoi je le fais, de pourquoi je me lance dans cette histoire. Pour ne pas oublier d’où je viens et ou je vais. Pour ne pas devenir comme tout ces sith qui s’oublient dans les abysses du coté obscur. »




De l'autre côté de l'écran...
Prénom ou pseudo : Jérémy/Morty • Âge : 27 ans • Région : Huy, Province de Liège, Belgique • Comment as-tu connu le forum ? Je suis admin :p • Autre chose à dire ? Let's dance!  

Fiche codée par Mad.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darth Mortuus

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 04/07/2015
• Âge du personnage : 45
• Race : Humain
• Allégeance : Ordre Sith


MessageSujet: Re: Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]   Jeu 21 Jan - 13:01

Présentation terminée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jansen Ymilone
Knight of Zakuul
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 23/11/2014
• Âge du personnage : 30
• Race : Humaine
• Localisation : Sur Rishi
• Allégeance : Cendres de l'Empire Éternel

• Inventaire : - Pique laser à lame jaune
- Armure de Chevalier de Zakuul
- Corvette Zakuul modèle "Valkorion"
- Droïde sphérique RSX-64

• Autres comptes : Darth Tharion

MessageSujet: Re: Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]   Ven 22 Jan - 14:30

Bienvenue !

Hey ! Bienvenue dans notre galaxie lointaine, très lointaine ! Le staff a l'honneur de t'annoncer que ta fiche est validée ! Quelques informations et indications supplémentaires avant de commencer à RP :
     

   
       

• Maintenant que ta fiche est validée, n'oublies pas d'aller ouvrir ton Journal des RP qui est obligatoire et qui permettra de rendre plus clair le suivi de ton personnage.
• Tu peux également en profiter pour ouvrir ton Datapad si tu le souhaites en cliquant ici.
• N'hésite pas à faire un tour du côté de l'Espace Membre si tu as besoin d'un coup de main pour un avatar ou si tu dois d'absenter !
• Enfin, s'il te reste des questions, nous te conseillons de faire un petit tour sur la page de questions.

Le petit mot en plus : Oui, moi j'avais envie de tester la fiche de validation ! Honnêtement c'est en lisant ta fiche que ça m'a donné envie de faire la mienne, donc tu peux un peu deviner ce que j'en pense. Superbe histoire, je me suis plongé dedans ! Je m'attendais à un personnage complexe mais certainement pas à ce point ! Hâte de voir l'évolution du perso.
     
Bon jeu parmi nous !
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://swuntoldstories.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]   Ven 22 Jan - 15:19

Félicitation pour ta validation ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]   Ven 22 Jan - 17:14

Superbe fiche ! Nos deux perso se ressemblent en plus Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Darth Mortuus, Seigneur Sith [En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeneth, Miraluka seigneur sith
» Darth Taran
» Darth Nacht [Terminée]
» Epilogue Sith [Groupe des "alliés" de Darth Sinya]
» Darth Laduim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Partie administrative :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: